Le succès des éliminatoires de la NBA n’a jamais été aussi dépendant des 3 points

Vous avez déjà entendu cette maxime : la NBA est une ligue gagnante ou perdante. Mais elle n’a jamais été aussi vraie que lors de ces éliminatoires. Alors que la meilleure ligue de basket-ball du monde s’oriente de plus en plus vers le tir à 3 points, le succès venu d’au-delà de l’arc décide de plus en plus, et de manière drastique, de qui remporte les matchs les plus importants.

Une première dans l’histoire

Considérez ceci : pour la première fois dans l’histoire de la NBA, les tireurs à 3 points surpassent les marqueurs de peinture. Lors des matchs de mardi, les buteurs des play-offs avaient obtenu 4 602 points par 3 et 4 512 points dans la peinture. Ce fait est plus qu’un simple fait divers. Il révèle que les matchs sont gagnés et perdus loin du bord, et cela représente un changement de paradigme dans le basket-ball professionnel.

Depuis des années, nous savons que les tireurs à 3 points sont des personnages qui ont un impact sur les victoires. Au cours des deux dernières saisons, le gardien des Raptors de Toronto, Fred VanVleet, a fait 46 % de ses 3 points dans les victoires et seulement 26 % dans les défaites des séries éliminatoires. Sa série de victoires a permis aux Raptors de remporter le titre l’année dernière, et alors que les équipes continuent d’attribuer davantage de tirs à ces menaces de périmètre volatiles, leur importance monte en flèche.

Cela peut être incroyable à voir, comme lorsque Klay Thompson a pris feu en finale de la Conférence de l’Ouest 2016 contre le Thunder d’Oklahoma City, frappant 11 3 points et sauvant la saison de son équipe grâce à ses sauteurs chauffés au rouge. Ou quand Marcus Smart a atteint des niveaux inconscients dans le deuxième match contre Toronto la semaine dernière, en réalisant cinq triples consécutifs dans le quatrième quart et en aidant les Celtics à revenir pour voler une énorme victoire.

Mais cette action à forte variation peut aussi être difficile à regarder, comme ce fut le cas il y a 10 jours quand Chris Paul and the Thunder a fait seulement sept des 46 3 en route vers une défaite brutale dans le cinquième match contre James Harden et les Rockets de Houston. Ce spectacle de briques n’était pas fantastique.

Les Rockets, en avance sur leur temps

Les Rockets de Harden ont été les précurseurs de tout ce mouvement. En 2016-17, ils sont devenus la première équipe de l’histoire à réaliser plus de 40 % de ses tirs à distance de 3 points. Quelques saisons plus tard, toutes les équipes d’après-saison de la NBA tirent en moyenne 43,4 % de leurs tirs au-delà de l’arc, par seconde selon les données de suivi du spectre. Tout le monde est les Rockets maintenant.